Point hebdo : le marché de l’énergie au 28 juillet 2023

ATOO Energie vous dévoile son point hebdo sur le marché de l’énergie en date du 28 juillet 2023. Dans cet article, découvrez les faits marquants des derniers jours, ainsi que l’évolution des marchés de l’électricité et du gaz naturel. Enfin, nous partageons avec vous, deux articles de presse pour tout savoir sur le secteur de l’énergie.

Que s'est-il passé la semaine dernière ?

Après une année noire en 2022, EDF renoue avec les bénéfices

Après des difficultés en 2022, EDF a retrouvé des bénéfices au premier semestre de cette année, atteignant 5,8 milliards d’euros, grâce à la remise en service de réacteurs nucléaires et à des prix de l’électricité favorables. Cette amélioration s’explique par une performance opérationnelle solide et une production hydroélectrique favorable avec un remplissage des barrages supérieur à la moyenne historique.  

Malgré ces résultats positifs, EDF reste confrontée à d’importants besoins de financement et à une dette de 64,8 milliards d’euros. Le PDG d’EDF a souligné les efforts entrepris pour améliorer l’efficacité du groupe et a relevé les objectifs financiers pour 2023. 

L’année dernière, la baisse de production nucléaire due à la corrosion dans certaines centrales et au décalage des calendriers de maintenance du fait du Covid avait entraîné une perte inédite de 5,3 milliards d’euros. 

Actuellement, EDF prévoit une production de 300 à 330 TWh cette année, avec un objectif de 335 à 365 TWh en 2025, provenant uniquement de ses 56 réacteurs existants et du futur réacteur EPR de Flamanville, car la nouvelle génération de réacteurs (EPR2) n’est espérée au mieux qu’à partir de 2035. 

Malgré ces perspectives ambitieuses, le gouvernement, qui possède désormais 100% d’EDF, exerce une pression sur l’entreprise pour atteindre une production de 400 TWh d’ici 2030, ce qui représente un défi industriel colossal. EDF devra également gérer la modernisation et la prolongation de la durée de vie de ses centrales nucléaires, ainsi que le financement de sa production éolienne et solaire. 

Pour stabiliser sa dette, EDF devra augmenter ses investissements à hauteur de 25 milliards d’euros par an, un niveau sans précédent dans son histoire. La question du financement de ces projets reste ouverte, avec des options telles que des prêts à taux zéro et la mobilisation du livret A. 

En outre, EDF et le gouvernement devront trouver un accord sur le prix futur de l’électricité nucléaire après l’extinction du mécanisme ARENH en 2025, garantissant un prix compétitif pour l’économie tout en préservant la marge financière de l’entreprise. Les discussions sur ce sujet sont en cours et devraient aboutir dans les prochains mois. 

Publication de l’avis de la CRE sur le projet d’arrêté relatif au calcul des droits ARENH

La Commission de régulation de l’énergie (CRE) a rendu son avis sur un projet d’arrêté concernant le calcul des droits ARENH. Ce projet vise à modifier le coefficient de bouclage utilisé pour les périodes de livraison d’ARENH débutant à partir du 1er janvier 2024. 

Le coefficient de bouclage est crucial pour déterminer les droits ARENH de chaque consommateur en fonction de son profil de consommation. La modification proposée vise à rendre ce coefficient en accord avec la part de la production nucléaire dans la consommation électrique nationale, conformément à l’article L.336-3 du code de l’énergie. 

Actuellement fixé à 0,964 depuis 2015, le coefficient de bouclage ne représente plus correctement la part de la production nucléaire dans la consommation en raison de la baisse de disponibilité du parc nucléaire, des perturbations liées à la crise sanitaire et des problèmes de corrosion sous contrainte affectant une partie du parc nucléaire. 

La CRE a émis un avis favorable au projet d’arrêté, proposant une valeur de 0,844 pour le coefficient de bouclage, en accord avec les meilleures estimations de la production nucléaire. 

De plus, la CRE a expliqué dans sa délibération comment cette modification sera prise en compte dans la méthodologie de construction des tarifs réglementés de vente d’électricité (TRVE). 

L'UE approuve une aide de 40 millions d’euros en faveur du premier terminal GNL permanent d’Allemagne

L’Union européenne a approuvé une aide de 40 millions d’euros accordée à Berlin pour la construction du premier terminal GNL terrestre en Allemagne. Ce terminal vise à renforcer la sécurité de l’approvisionnement en gaz, suite à la l’arrêt de fourniture de gaz par la Russie, qui a entraîné un manque de 50 milliards de mètres cubes de gaz en Allemagne. 

Le terminal de Brunsbüttel, prévu pour être opérationnel d’ici 2026-2027, aura une capacité de regazéification de 10 milliards de m3 par an, équivalent à environ un cinquième des flux historiques de gaz russe. Il est estimé à 1,3 milliard d’euros, avec notamment une participation de 50% pour la banque publique allemande KfW. 

Le gouvernement allemand espère que le terminal pourra être réutilisé après 2044 pour contribuer à atteindre la neutralité climatique fixée pour 2045. Pour l’UE, il est crucial d’éviter un “verrouillage du gaz”, et le terminal sera converti après 15 ans d’exploitation, au plus tard en 2043. 

Focus sur le marché du gaz naturel

garphique gaz juillet 28 2023

Les prix spot du gaz naturel ont légèrement baissé la semaine dernière, clôturant à 24,985 €/MWh le vendredi 28 juillet. 

Les PEG CAL-24 et CAL-25 ont suivi la même tendance puisqu’ils s’élevaient respectivement à 48,952 €/MWh et 44,079 €/MWh le vendredi 28 juillet. Ils ont donc chacun connu une baisse de 4,27% et de 3% depuis le vendredi 21 juillet.  

Les prix du gaz naturel ont baissé grâce aux stocks élevés. En effet, les stocks sont actuellement remplis à 87%, sachant que l’objectif de remplissage fixé pour le 1er novembre est de 90%. La prévision d’un excédent de gaz fait donc baisser les prix. Ces bons niveaux de stockage ont ainsi limité les conséquences de la réduction de l’approvisionnement de GNL vers l’Europe due aux travaux de maintenance sur les gazoducs norvégiens.  

Focus sur le marché de l'électricité

graphique electricite 28 juillet 2023

Les prix de spot de l’électricité ont augmenté en fin de semaine dernière, clôturant à 92,79 €/MWh le vendredi 28 juillet. 

De leurs côtés, les CAL-24 et CAL-25 ont baissé puisqu’ils traitaient respectivement à 163,19 €/MWh et 142,30 €/MWh le vendredi 28 juillet, soit une baisse de 5,53% pour le CAL-24 et de 2,50% pour le CAL-25, depuis le vendredi 21 juillet. 

Les prix de l’électricité suivent de près les mouvements du marché du gaz naturel. En France, la CRE réexamine le mécanisme des volumes ARENH, qui permet aux fournisseurs alternatifs d’accéder, à moindre coût, à une partie de la production nucléaire d’EDF. Par ailleurs, l’ASN a lancé une étude afin d’obtenir une prolongation de la durée de fonctionnement à 40 ans pour les plus grandes centrales nucléaires d’EDF. 

Enfin, les prix des émissions de CO2 poursuivent leur hausse (89,5 €/t), en raison de la réduction des volumes de droits d’émission mais aussi de la baisse de production d’énergie renouvelable.  

Vu dans la presse

gnl, nouvelle star de l'énergie

Le GNL, nouvelle star de l’énergie mondiale

agrivoltaïsme

Comment fonctionne l’agrivoltaïsme et pourquoi fait-il débat ? 

visuel blog point marché
lp rdv
Comparez les offres d'électricité pour les professionnels