Point hebdo : le marché de l’énergie du 27 au 31 mars 2023

ATOO Energie vous dévoile son point hebdo sur le marché de l’énergie du 27 au 31 mars 2023. Dans cet article, découvrez les faits marquants de la semaine, ainsi que l’évolution des marchés de l’électricité et du gaz naturel. Enfin, nous partageons avec vous, deux articles de presse pour tout savoir sur le secteur de l’énergie.

Que s'est-il passé la semaine dernière ?

L'UE s’engage à atteindre 42,5% d’énergies renouvelables à l’horizon 2030

Les Etats membres s’engagent à quasi doubler la part des énergies renouvelables dans le mix énergétique européen d’ici 2030. En effet, les Vingt-Sept ont conclu un accord politique avec les eurodéputés ce jeudi 30 mars, qui fixe à 42,5% la part de leur énergie issue des renouvelables à l’horizon 2030️, afin de réduire les émissions de CO2 et se sevrer du gaz russe. Cet objectif remplacerait ainsi celui qui fixait la part des renouvelables à 22% en 2030. Pour y arriver, il faut donc augmenter la production c’est pourquoi le texte prévoit de faciliter et d’accélérer les procédures administratives concernant les infrastructures d’énergies renouvelables, en établissant des territoires dédiés où la réglementation serait assouplie. L’UE souhaite également miser sur la biomasse, soulignée comme étant une source d’énergie “100% verte”. Enfin, le texte reconnaît aussi le rôle du nucléaire dans la production d’hydrogène décarboné. Pour pouvoir entrer en vigueur, cet accord politique doit désormais être voté par le Conseil et le Parlement européen. 

La décarbonation de l’industrie augmente les besoins en électricité

Alors que le gouvernement prépare son projet de loi “Industrie verte”, le secteur de l’industrie s’est déjà engagé à décarboner ses procédés. L’Europe vise à regagner son autonomie et son avantage concurrentiel dans le domaine industriel, tout en réduisant considérablement sa dépendance aux combustibles fossiles importés. Par ailleurs, la suppression des quotas gratuits de carbone annoncée dans le cadre de la refonte du système d’échange européen (ETS), devrait encourager les entreprises les plus polluantes à investir davantage dans la réduction de leurs émissions de gaz à effet de serre. Les gestionnaires de réseaux, RTE et GRDF, travaillent à fournir l’électricité, l’hydrogène et les gaz renouvelables nécessaires. En effet, selon RTE, les demandes de raccordement électrique, faites par des entreprises implantées dans 34 des 50 sites industriels les plus émetteurs de France, ont doublé ces dix-huit derniers mois. Pour répondre à ces demandes d’électrification, il est impératif de renforcer le réseau électrique, ce qui représente des investissements chiffrés à près de deux milliards d’euros. Rachid Otmami, Directeur adjoint du pôle Clients chez RTE, a d’ailleurs indiqué : « Nous travaillons actuellement avec la Commission de régulation de l’énergie (CRE) à un système de mutualisation des coûts de raccordement, entre RTE et nos clients industriels, par “code barre” : de sorte que chacun contribue à la hauteur des mégawatts raccordés ». 

La Russie déclare avoir réussi à rediriger le pétrole touché par l’embargo occidental

Le ministre de l’Energie, Nikolaï Choulginov, a affirmé que la Russie avait réussi à exporter vers des pays “amis”, son pétrole brut touché par les sanctions occidentales. En effet, après que Moscou ait déployé ses forces armées en Ukraine en février 2022, l’Occident a pris des sanctions importantes, incluant un embargo sur les importations de pétrole russe par voie maritime. Le ministre a d’ailleurs déclaré : “Je peux dire aujourd’hui que nous avons réussi à réorienter la totalité du volume des exportations touchées par l’embargo. Il n’y a pas eu de baisse des ventes”. Il a également précisé que face aux restrictions occidentales et au manque d’acheteurs européens, la production de pétrole et gaz russe devrait diminuer en 2023. Selon, le vice-premier ministre russe, les recettes énergétiques représentaient 42% du budget fédéral en 2022, contre 36% en 2021. Selon lui, l’industrie énergétique du pays est durable, malgré le défi des sanctions occidentales. 

Focus sur le marché du gaz naturel

point hebdo marché énergie 27 au 31 mars 2023

Les prix spot du gaz naturel ont augmenté la semaine dernière, clôturant à 47 €/MWh le vendredi 31 mars. 

Les PEG CAL-24 et CAL-25 ont suivi la même tendance puisqu’ils s’élevaient respectivement à 54,612 €/MWh et 46,667 €/MWh le vendredi 31 mars, soit une hausse de 13,05% pour le PEG CAL-24 et de 13,46% pour le PEG CAL-25 depuis le vendredi 25 mars. 

Une hausse des prix du gaz naturel a été constatée la semaine dernière, notamment en raison de la problématique de la production nucléaire française, qui obligent les centrales au gaz à fonctionner davantage. De leurs côtés, les approvisionnements en GNL sont plutôt bons. De plus, les températures douces ont permis de débuter les injections dans les stocks de gaz depuis la mi-mars. 

Focus sur le marché de l'électricité

point hebdo marché énergie 27 au 31 mars 2023

Influencés par les prix du gaz naturel, les prix spot de l’électricité ont augmenté la semaine dernière, clôturant à 74,16 €/MWh le vendredi 31 mars.  

Les CAL-24 et CAL-25 ont également augmenté. Le vendredi 31 mars, ils s’élevaient respectivement à 218,22 €/MWh et 138,17 €/MWh, et ont donc augmenté de 14,02% et de 8,16% depuis le vendredi 24 mars. 

La baisse de la production éolienne française ainsi que les mouvements de grèves ont provoqué la hausse des prix de l’électricité. La tendance haussière des prix du gaz et du charbon a également soutenu cette hausse. De son côté, le prix des émissions de CO2 se situe autour des 87 €/t.  

Vu dans la presse

point hebdo marché énergie 27 au 31 mars 2023

Eau : le nucléaire va devoir s’adapter

point hebdo marché énergie 27 au 31 mars 2023

Le gouvernement donne un nouveau souffle à l’éolien offshore

point hebdo marché énergie 27 au 31 mars 2023
lp rdv
Découvrez les tarifs actuels de l'énergie et obtenez la meilleure offre.