Le récap de l’énergie – Que s’est-il passé en janvier 2024 ?

Le mois de janvier est souvent marqué par des ajustements significatifs dans les politiques énergétiques. Ce fut le cas avec l’avancée du projet de loi sur la souveraineté énergétique ou encore l’évolution des taxes sur l’électricité et le gaz.

Les prix de l’électricité ont continué de baisser au cours du mois de janvier. En effet, d’après les dernières prévisions de RTE, le risque en matière d’approvisionnement électrique reste faible pour la fin de l’hiver 2023-2024.

À l’international, les tensions en mer Rouge et le moratoire américain sur les nouveaux terminaux d’exportation de GNL ont mis en évidence les défis géopolitiques et environnementaux qui façonnent le marché énergétique. Malgré ces turbulences, le marché du gaz naturel montre des signes de résilience. Les prix, bien que légèrement fluctuants, semblent se maintenir.

Découvrez notre analyse sur les dernières évolutions des prix de l’énergie et les tendances à venir sur le marché.

Les infos à retenir

Ce mois de janvier 2024 a été le théâtre de plusieurs évolutions notables sur le marché de l’énergie.

L’année 2023 a pris fin sans le rebond attendu pour le pétrole et le gaz, marquant une période de déclin pour ces hydrocarbures. En effet, malgré les tensions géopolitiques persistantes et les défis rencontrés par l’OPEP+ dans ses efforts de stabilisation des prix, les prix du pétrole et du gaz ont baissé de manière significative en 2023.

Dans le même temps, la France a affirmé son engagement envers le nucléaire, avec des projets ambitieux de relance et d’expansion de son parc nucléaire. Elle est d’ailleurs repassée en tête des pays exportateurs en Europe, avec un total de 50,1 TWh d’exports nets d’électricité vers ses voisins européens en 2023.

Par ailleurs, malgré la chute des cours sur les marchés de gros, le gouvernement a annoncé l’augmentation du tarif réglementé de l’électricité pour ce début d’année. Cette hausse vise à mettre fin au bouclier tarifaire en augmentant les taxes sur l’électricité, mais aussi sur le gaz naturel. Ces augmentations soulèvent des préoccupations quant à l’impact sur les factures des consommateurs, dans un contexte où la transition énergétique requiert des investissements et des adaptations constantes. L’accise sur les gaz naturels à usage combustible est donc passée de 8,45 €/MWh à 16,37 €/MWh. Du côté de la taxe d’accise sur l’électricité (anciennement CSPE ou TICFE), l’augmentation de la facture d’électricité se situe entre 5,2% et 8% pour les petites entreprises et les clients non résidentiel.

L’épisode de froid du début d’année a également mis en lumière la flexibilité et la réactivité du mix énergétique français, notamment avec la remise en service temporaire de la centrale à charbon de Saint-Avold, révélant les défis de la sécurité d’approvisionnement dans des conditions météorologiques extrêmes. Selon les dernières prévisions de RTE, la France aborde la fin de l’hiver 2023-2024 avec une confiance accrue en sa capacité à fournir de l’électricité de manière stable et sécurisée.

À l’international, plusieurs situations mettent en évidence les défis géopolitiques et environnementaux qui façonnent le marché énergétique. Tout d’abord, les attaques en mer Rouge ont un impact direct sur le transport de GNL, puisque les armateurs, dans une quête de sécurité, doivent adopter des itinéraires alternatifs, souvent moins efficaces et plus coûteux. De plus, le moratoire sur la construction de nouveaux terminaux d’exportation de GNL pourrait avoir des répercussions pour les partenaires européens, qui cherchent à diversifier leurs sources d’approvisionnement.

À travers ces développements, janvier 2024 a posé les bases d’une année qui s’annonce riche en défis et en opportunités pour le secteur de l’énergie. Les anticipations pour 2024 restent tout de même complexes en raison du contexte géopolitique imprévisible.

Le marché du gaz naturel en janvier 2024

Les prix du gaz sont restés plutôt stables au cours du mois de janvier 2024.

Au début du mois, les prix ont augmenté en raison de la chute des températures en Europe et de la réduction de la production d’énergie renouvelable.

Mais cette hausse des prix a été limitée grâce aux fondamentaux baissiers du marché gazier. En effet, les stocks européens et l’approvisionnement (GNL américain et gaz norvégien) sont restés à des niveaux élevés.

La vague de froid s’est finalement terminée laissant place à des prévisions de temps doux et venteux. Ces conditions météorologiques favorables se sont accompagnées d’une faible demande industrielle et d’une forte production éolienne.

Une légère hausse des prix a tout de même été enregistrée en fin de mois due au calendrier des livraisons de GNL en Europe qui a été modifié pour les semaines à venir. De plus, la livraison des cargaisons en provenance du Qatar a été retardée à cause des tensions actuelles en mer Rouge.

Toutefois, cette pression haussière devrait n’être que de courte durée. En effet, les prévisions de météo douce et venteuse, et la stabilité de l’approvisionnement norvégien devraient à nouveau faire baisser les prix.

Enfin, le terminal de GNL Freeport qui se situe au Texas, devrait exporter moins de GNL pendant un mois. Mais cette annonce a eu très peu d’impact car le marché devrait rester en équilibre malgré cette perturbation.

évolution prix gaz janvier 2024

Clôture des prix au 31 janvier 2024, avec évolution depuis le 2 janvier 2024

graphique évolution prix gaz janvier 2024

Le marché de l'électricité en janvier 2024

Les prix de l’électricité ont baissé tout au long du mois de janvier 2024.

Une légère hausse a été constatée au début du mois puisque les prix de l’électricité ont suivi la volatilité des marchés du gaz et du CO2, impactés par les températures plus froides.

D’un autre côté, les prix du charbon ont suivi une tendance baissière, notamment grâce à la baisse des prix du pétrole. De plus, la disponibilité du parc nucléaire français a rendu les marchés optimistes.

Vers la fin du mois, les prix de l’électricité sont légèrement repartis à la hausse. Cette augmentation des prix est restée éphémère compte tenu des prévisions météorologiques plus chaudes et de la hausse de la production d’énergies renouvelables.

Malgré la vague de froid qui a touché l’Europe du Nord, les prix de l’électricité ont poursuivi leur tendance baissière. Ceci s’explique notamment par les stocks hydroélectriques importants, la faible demande et la disponibilité nucléaire croissante.

La baisse des prix de l’électricité pourrait s’intensifier dans les semaines à venir en raison des températures élevées et de la forte production éolienne. Cette hausse de la production d’énergie renouvelable limite la production d’énergie à base de combustibles fossiles, ce qui fait baisser le prix des émissions de CO2 (environ 62 €/t).

évolution prix électricité janvier 2024

Clôture des prix au 31 janvier 2024, avec évolution depuis le 2 janvier 2024

graphique prix électricité janvier 2024
tendances marché août 2023
lp rdv
Comparez les offres d'électricité pour les professionnels