Le pétrole et le gaz finissent l’année 2023 en baisse

L’année 2023 a pris fin sans le rebond attendu pour le pétrole et le gaz, marquant une période de déclin pour ces hydrocarbures. La baisse des prix de l’énergie a été l’un des moteurs de la désinflation au cours de l’année 2023, créant une dynamique complexe sur le marché mondial.

Tensions persistantes pour le pétrole

Malgré les tensions en mer Rouge, le prix du baril de Brent de la mer du Nord reste solidement en dessous du seuil des 80 dollars. Les prix du pétrole ont perdu 8 % en 2023 et près de 20 % depuis les sommets de septembre dernier. L’analyse souligne la persistance de la menace géopolitique au Moyen-Orient, mais les marchés pétroliers semblent avoir déjà intégré cette “prime de risque géopolitique”.

Échec de l'OPEP+

Les prix du pétrole, marqués par une tendance à la baisse, mettent en évidence l’inefficacité de l’OPEP+ pour soutenir les prix en réduisant la production. Bien que les prix aient augmenté suite aux tensions liées au conflit israélo-palestinien, l’escalade géopolitique redoutée par les marchés ne s’est finalement pas concrétisée.

Malgré des baisses continues de la production d’or noir, l’OPEP+ a été incapable de maintenir les prix, entraînant une orientation nette à la baisse. Initialement réussie, cette stratégie avait propulsé les prix du Brent à environ 95 dollars mi-septembre, avec des prévisions optimistes envisageant un prix du brut dépassant les 100 dollars.

Cependant, la perte d’influence de ce groupe, désormais responsable de seulement la moitié de la production mondiale (50 millions de barils par jour), les désaccords persistants entre ses membres, et surtout l’essor de la production aux États-Unis, suscitent aujourd’hui le scepticisme des investisseurs quant à l’efficacité de l’OPEP+.

Impact majeur des États-Unis

La montée en puissance de la production d’hydrocarbures aux États-Unis a été le facteur clé bouleversant le marché pétrolier. En 2023, les États-Unis ont augmenté leur production d’un million de barils par jour, équivalent à la réduction de la production de l’Arabie Saoudite.

Prévisions pour 2024

Les anticipations pour 2024 restent complexes en raison du contexte géopolitique imprévisible. Selon la banque britannique Standard Chartered, le coût du pétrole pourrait atteindre 98 dollars en 2024, soutenu par une demande continue et une politique de l’offre restrictive de l’OPEP. Cependant, d’autres prévisions suggèrent une fourchette de prix entre 80 et 90 dollars, soulignant l’incertitude entourant le marché pétrolier.

Chute marquée du prix du gaz naturel

En contraste, le marché du gaz naturel européen a connu une chute significative vers la fin de l’année. Le contrat à terme du TTF néerlandais, référence en Europe, a chuté à 32,095 euros le MWh, soit une division par deux en un an. La demande européenne de gaz reste faible, malgré quelques pics de froid. Enfin, alors que tout le monde pensait que cela serait impossible à réaliser, l’Europe a réussi à réduire sa dépendance au gaz russe en quelques mois.

pétrole gaz 2023
lp rdv
Comparez les offres d'électricité pour les professionnels