Nucléaire : EDF ambitionne la construction de 1,5 réacteurs EPR par an

Lors du salon mondial du nucléaire civil à Paris, le PDG d’EDF, Luc Rémont, a dévoilé un plan ambitieux visant à accélérer la capacité de construction nucléaire du groupe. L’objectif est de passer de la construction actuelle d’un à deux réacteurs par décennie à une cadence de « 1 à 1,5 par an » en Europe au cours de la décennie 2030. Cette annonce intervient dans un contexte où une douzaine de pays, selon l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), prévoient de passer à l’énergie nucléaire au cours de la prochaine décennie.

Une nécessité pour atteindre les objectifs de neutralité carbone

L’idée sous-jacente à cette accélération est la nécessité de doubler les capacités de production nucléaire mondiale pour atteindre les objectifs de neutralité carbone en 2050, comme le suggère l’AIEA. Alors que le défi peut sembler colossal, Luc Rémont rappelle que dans les années 1970-80, EDF avait réussi à construire jusqu’à quatre réacteurs par an, soulignant ainsi la faisabilité de cette ambition.

La stratégie d’EDF repose sur l’augmentation progressive de la cadence au cours de la décennie à venir, avec un accent particulier sur le marché européen. Cette accélération vise non seulement à répondre à la demande croissante en énergie mais également à renforcer la filière nucléaire française en termes de compétitivité et de productivité.

Exportations et partenariats internationaux

Pour atteindre de tels objectifs de production, EDF compte également sur les exportations. Le plan prévoit la construction de nouveaux réacteurs en Europe, avec des discussions déjà en cours avec plusieurs pays tels que la Pologne, la Finlande, la Suède, les Pays-Bas, la Slovaquie, la Slovénie, et l’Italie. De plus, des accords de coopération ont été annoncés au Canada, en Inde, et en République tchèque.

En Inde, où EDF espère concrétiser la construction de six réacteurs EPR à Jaitapur, des progrès significatifs ont été réalisés. Le PDG a souligné la collaboration technique en cours et a exprimé sa confiance quant à l’évolution positive du projet. En République tchèque, EDF a officialisé sa candidature pour la construction d’un EPR1200 et a signé des accords de coopération locale pour garantir la localisation des activités dans la “supply chain” tchèque.

Reconnaissance internationale du nucléaire

Les ambitions d’EDF interviennent à un moment où le nucléaire n’est plus considéré comme un tabou dans les discussions climatiques mondiales. Le directeur de l’AIEA, Rafael Grossi, a souligné que de nombreux pays reconnaissent désormais le nucléaire comme faisant partie de la solution face au réchauffement climatique. Il a également annoncé l’émergence d’une douzaine de nouveaux pays nucléaires d’ici à 2030, indiquant une évolution positive de l’attitude mondiale envers cette source d’énergie.

réacteurs ENR
lp rdv
Comparez les offres d'électricité pour les professionnels