Comment développer une stratégie RSE dans son entreprise ?

Encadrée par la norme ISO 26000, la démarche RSE permet aux entreprises de mener des actions concrètes en faveur des droits humains et de l’environnement. Devenue un indicateur de performance et d’intégration auprès des populations autant qu’un outil de communication efficace, la RSE se veut résolument moderne et incitative. 

Qu’est-ce que la RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises) ?

La RSE est une démarche définie par l’Union Européenne, regroupant toutes les pratiques permettant notamment le respect des principes du développement durable. Il s’agit d’une intégration volontaire de préoccupations environnementales et sociales au cœur des activités commerciales des entreprises. Dans les faits, une démarche RSE est déclinée selon trois axes : 

  • L’entreprise doit rester viable d’un point de vue économique ; 
  • L’entreprise doit avoir un impact positif sur la société ; 
  • La démarche doit permettre à l’entreprise de mieux respecter l’environnement. 

Pour l’UE, la RSE se définit comme “la responsabilité des entreprises vis-à-vis des effets qu’elles exercent sur la société“  par “l’intégration volontaire des préoccupations sociales et écologiques des entreprises à leurs activités commerciales et leurs relations avec leurs parties prenantes. “ 

La démarche RSE est ouverte à toutes les entreprises, quelles que soient leurs tailles, leurs secteurs d’activités ou leurs statuts. 

Les objectifs de la RSE

L’objectif premier de la démarche RSE est de responsabiliser les entreprises en leur suggérant une implication concrète sur les plans humains et environnementaux. Par rebond, c’est toute la société qui se voit sensibilisée à une démarche positive. Au sein des entreprises ayant adopté la démarche, les attentions portées aux problématiques humaines, sociales et environnementales donnent du sens au travail et contribuent à l’épanouissement personnel des salariés. En somme, l’objectif principal de la démarche RSE est simplement d’agir sur les entreprises pour les convaincre d’améliorer les conditions de vie de leurs salariés comme de leurs clients. 

Les avantages de la stratégie RSE

Les avantages d’une stratégie RSE sont multiples pour une entreprise. 

Réduction des coûts énergétiques

En premier lieu, le suivi et l’optimisation des consommations énergétiques ou les travaux d’amélioration de performance énergétique permettent aux entreprises de réaliser des économies de charges et d’inscrire ces économies sur le long terme. D’autre part, l’autoconsommation énergétique, même partielle, accroît l’indépendance des entreprises vis-à-vis des fournisseurs d’énergie et des prix des marchés de l’énergie.

Amélioration du bien-être des salariés

L’un des bénéfices secondaires de la démarche RSE porte sur les salariés eux-mêmes. Des salariés épanouis et œuvrant au sein d’une société attentive à l’environnement sont bien plus impliqués et donc, bien plus productifs. Ils sont de surcroît plus fidèles, limitant ainsi le turnover et les coûts de formation interne. 

Amélioration de l’image de l’entreprise

Autre bénéfice secondaire de la démarche RSE pour une entreprise : l’image. Dans les faits, la RSE est devenue un véritable outil de communication améliorant l’image des entreprises portant un soin particulier à l’environnement et aux problématiques sociales. 

Comment mettre en place une stratégie RSE ?

La démarche RSE peut provenir de différents horizons : la direction, pour toutes les raisons stipulées plus haut ou un groupe de salariés menant déjà quelques actions spécifiques (don d’invendus, potager d’entreprise, aide aux devoirs des enfants des salariés…) au sein de l’entreprise, ces actions répondant à un besoin social ou environnemental. Mais quelle que soit l’origine de la démarche, il convient de bien réfléchir en amont de sa mise en œuvre, afin d’en déterminer le cadre et d’en définir les leviers actionnables par les salariés. 

Désigner une personne en charge de la politique RSE

Pour garantir la bonne mise en œuvre du process, il est impératif que l’entreprise désigne une ou plusieurs personnes en charge de la politique RSE. Selon la taille de l’entreprise, il peut s’agir d’un poste intégralement dédié à la question ou d’un temps partiel cumulé à d’autres fonctions au sein de l’entreprise. Quelle que soit la personne choisie, elle doit être bien formée à la démarche RSE dans son ensemble voire à la norme ISO 26000. C’est elle qui jouera le rôle d’interlocuteur privilégié sur les sujets inhérents à la démarche.

État des lieux

État des lieux, audit, diagnostic, analyse stratégique… Appelez cette phase comme vous l’entendez. Ce qui importe, c’est son contenu ; identifier le positionnement actuel de l’entreprise par rapport aux objectifs visés ou aux préconisations de la démarche RSE. Quels sont les obstacles ? Qu’est-ce qui fonctionne déjà ? Qu’est-ce qui doit être optimisé ? Qu’est-ce qui doit drastiquement évoluer ? Quels sont les leviers à actionner ? Par quoi commencer ? Comment inscrire le plan sur la durée ? 

L’audit peut être réalisé en interne ou faire l’objet d’une prestation extérieure. 

Ouvrir le dialogue avec l’ensemble des acteurs (salariés, clients, etc)

La démarche RSE concerne absolument tout le monde, en interne comme en externe. À chaque étape et pour chaque action mise en place, un dialogue est indispensable. Avec les salariés bien sûr, mais également avec les clients, les fournisseurs, la direction et les actionnaires le cas échéant. Quel est l’objectif recherché par chacun de ces groupes et comment les concilier ? 

Établir une feuille de route

La construction d’un plan sur plusieurs années est également un élément important. Question de crédibilité et d’engagement. Différents référentiels peuvent aider à construire la feuille de route adaptée à l’entreprise. Les objectifs du développement durable lancés en 2016 et accompagnés d’un plan d’action, ou le Global Compact lancé en 2000 à destination des entreprises et relatifs aux conditions et normes de travail ou aux droits de l’homme sont deux de ces référentiels. Ces derniers doivent s’inscrire dans la feuille de route depuis l’audit jusqu’à l’action à mener et selon un calendrier établi. 

Définir les indicateurs de performance

Enfin, et de façon à mesurer les performances de l’entreprise, le pôle RSE doit définir les indicateurs suivis. Selon les objectifs visés (économiques, écologiques, sociaux, tous ?), différents indicateurs sont adaptables à la vie de l’entreprise. Il est facile, par exemple, de mesurer la réduction des factures énergétiques ou la diminution du turn-over dans l’entreprise. D’autres paramètres sont plus complexes à mesurer, comme l’épanouissement individuel et collectif des salariés, la baisse de pression ou le degré d’implication de chacun. Quoi qu’il en soit, ces indicateurs ne sont pas à choisir au hasard. Ils doivent répondre à une problématique posée dès l’analyse stratégique. 

La norme ISO 26000

Contrairement à d’autres normes, l’ISO 26000 ne délivre aucune certification. Il n’existe donc pas de contrat à remplir afin de l’obtenir. En effet, ISO 26000 émet des recommandations. Elle n’exige pas. Néanmoins, elle a le mérite de poser clairement les choses en matière de responsabilité sociale et environnementale. Son objectif ; permettre aux entreprises de traduire la volonté de responsabilisation en actions concrètes et mesurables. Dans les grandes lignes, ISO 26000 définit les contours de la démarche RSE autour de sept points principaux : 

  • Les droits de l’homme ; 
  • Les conditions de travail et les relations au sein de l’entreprise ; 
  • L’environnement ; 
  • L’organisation entrepreneuriale et le mode de gouvernance ; 
  • Le développement et l’implication au sein des communautés locales, 
  • Les sujets inhérents aux consommateurs ; 
  • La loyauté et la probité de l’entreprise dans sa démarche et dans ses pratiques. 

 Mise en place en 2010, la norme a fait l’objet de longues négociations entre les représentants des entreprises, des ONG, des consommateurs, des institutions et des états du monde entier.  

SOFEE By ATOO Energie, la solution pour développer sa stratégie RSE

Notre solution SOFEE By ATOO Energie vous accompagne dans le développement de votre politique RSE. Elle vous aide à suivre en temps réel vos consommations d’énergie et à automatiser le pilotage de votre performance énergétique. Elle permet notamment de collecter et d’analyser des données propres aux enjeux environnementaux comme les émissions de gaz à effet de serre, pour déterminer ensuite les potentiels d’amélioration pour chaque bâtiment. Nos experts vous accompagnent également dans la prise de décision pour réaliser des travaux de rénovation énergétique afin de vous aider à atteindre vos objectifs d’économies d’énergies. 

énergies renouvelables
lp rdv
Comparez les offres d'électricité pour les professionnels