Point hebdo : le marché de l’énergie du 8 au 12 mai 2023

ATOO Energie vous dévoile son point hebdo sur le marché de l’énergie du 8 au 12 mai 2023. Dans cet article, découvrez les faits marquants de la semaine, ainsi que l’évolution des marchés de l’électricité et du gaz naturel. Enfin, nous partageons avec vous, deux articles de presse pour tout savoir sur le secteur de l’énergie.

Que s'est-il passé la semaine dernière ?

Stocks de gaz : l'Union Européenne lance le premier appel d’offres pour des achats groupés

L’UE est contrainte de poursuivre ses efforts dans le conflit en Ukraine, c’est pourquoi mercredi 10 mai, elle a lancé son premier appel d’offres international pour des achats collectifs de gaz. Le but est de couvrir la demande combinée d’environ 80 entreprises européennes. Cette initiative fait partie des mesures prises par les Vingt-Sept pour faire face à la crise énergétique provoquée par l’augmentation spectaculaire des prix du gaz consécutive à l’invasion de l’Ukraine par la Russie, et à la forte réduction des approvisionnements en gaz russe. 

L’objectif de ces achats groupés européens est également d’éviter une situation similaire à celle de l’été 2022, où les États et les entreprises se sont précipités simultanément sur le marché du gaz pour constituer leurs stocks, alimentant ainsi une flambée des prix. Les entreprises de l’UE, ainsi que celles des pays de la “Communauté européenne de l’Énergie” (Ukraine, Bosnie, Albanie, Géorgie, Kosovo, Macédoine du Nord, Moldavie, Serbie et Monténégro), peuvent participer à ces achats pour regrouper leur demande. Pour ce premier appel d’offres, qui concerne des livraisons prévues entre juin 2023 et mai 2024, 77 entreprises européennes ont présenté leurs demandes. Le volume total s’élève à environ 11,6 milliards de mètres cubes de gaz, dont 2,8 milliards de mètres cubes de gaz naturel liquéfié (GNL) et 9,6 milliards de mètres cubes pour les livraisons par gazoduc. Les fournisseurs internationaux de gaz, à l’exception de la Russie, sont désormais invités à répondre à cette demande combinée en soumettant leurs offres avant le 15 mai. Les meilleures offres seront ensuite transmises aux entreprises clientes, et des négociations commerciales auront lieu jusqu’à la conclusion de la transaction. 

La plateforme dirigée par Bruxelles aide les entreprises européennes, en particulier celles appartenant à des industries énergivores, à établir de nouveaux partenariats commerciaux avec des fournisseurs alternatifs. Cela revêt une importance capitale alors que l’UE s’efforce de réduire sa dépendance au gaz russe. Cette initiative permet notamment à de petites entreprises isolées de gagner en visibilité et en influence sur le marché de l’énergie en s’unissant. D’un autre côté, le processus permet aux fournisseurs internationaux de développer leur base de clients. Bruxelles prévoit de lancer de nouveaux appels d’offres tous les deux mois jusqu’à la fin de l’année. 

Les eurodéputés votent en faveur d’un durcissement des règles liées aux rejets de méthane

Lors de la séance plénière du mardi 9 mai, les députés européens ont adopté un texte ayant pour but d’obliger les sociétés pétrolières, gazières et minières à effectuer des inspections régulières de leurs équipements afin de réparer immédiatement les fuites de méthane. Rappelons que le méthane est le deuxième gaz à effet de serre le plus important après le dioxyde de carbone. Les eurodéputés ont donc voté en faveur d’un renforcement de la fréquence des contrôles et, surtout, d’une diminution drastique des seuils à partir desquels les fuites doivent être détectées et réparées. Ces règles se révèlent bien plus rigoureuses que celles proposées par la Commission et approuvées par les Vingt-Sept à la fin du mois de décembre. Ce texte demande également à la Commission européenne de fixer, d’ici 2025, un « objectif contraignant » de réduction des émissions de méthane dans le secteur de l’énergie de l’UE à horizon 2030. Il fera désormais l’objet de négociations avec les États membres. 

Les installations solaires allemandes injectent, pour la première fois, 40 GW de puissance dans le réseau

Le 4 mai, les installations solaires allemandes ont enregistré un nouveau record en injectant plus de 40 GW de puissance dans le réseau. Selon Bruno Burger, responsable des graphiques énergétiques à l’Institut Fraunhofer pour les systèmes d’énergie solaire (ISE), la barre des 40,014 GW a été franchie vers 13 heures. Les conditions étaient idéales ce jour-là, avec un soleil éclatant et des températures relativement fraîches, favorisant ainsi la production solaire. 

Selon Energy Charts, au cours de la première semaine de mai, près de 1 744,5 GWh d’énergie solaire ont été produits et injectés dans le réseau dans le cadre de la production nette d’électricité publique. Le photovoltaïque se positionne en tête avec une part de 23,6%, suivi du lignite à 19,9 % et de l’éolien terrestre à 19,1 %. Au total, les énergies renouvelables ont représenté 66,8 % de la production nette d’électricité publique au cours des premiers jours du mois. 

L’importante injection d’énergie solaire et éolienne a eu un impact à la baisse sur les prix de l’électricité. Le dimanche après-midi, le prix sur le marché spot est même devenu légèrement négatif. Le 3 mai à 20 heures, le prix a atteint un pic de 163 €/MWh lors des échanges intrajournaliers. En revanche, le lendemain, lors de l’injection record d’électricité solaire, le prix a chuté à 43 €/MWh. 

Focus sur le marché du gaz naturel

point hebdo marché énergie 8 au 12 mai 2023

Les prix spot du gaz naturel ont à nouveau baissé la semaine dernière, clôturant à 29,952 €/MWh le vendredi 12 mai.  

Après avoir augmenté au cours de la semaine, les PEG CAL-24 et CAL-25 sont finalement repartis à la baisse, puisqu’ils traitaient respectivement à 51,59 €/MWh et 45,914 €/MWh le vendredi 12 mai.  

La situation du gaz évolue peu. La demande industrielle est plus faible et les niveaux de stocks sont plutôt bons. En effet, l’approvisionnement en GNL et en gaz norvégien reste très satisfaisant. La situation de l’offre de gaz naturel reste saine, cela profite principalement aux prix à court terme.  

Focus sur le marché de l'électricité

point hebdo marché énergie 8 au 12 mai 2023

Les prix spot de l’électricité ont légèrement baissé, clôturant à 96,73 €/MWh le vendredi 5 mai.  

De leurs côtés, les CAL-24 et CAL-25 ont augmenté puisqu’ils s’élevaient respectivement à 204 €/MWh et 133,24 €/MWh le vendredi 12 mai, soit une hausse de 2,54% pour le CAL-24 et de 4,21% pour le CAL-25 depuis le vendredi 5 mai.  

Les prix de l’électricité sont repartis à la hausse la semaine dernière en raison de l’augmentation de la demande et de la baisse de la production d’énergie renouvelable. Cette hausse des prix reflète aussi l’augmentation des prix des émissions de CO2. Enfin, les nombreuses incertitudes au sujet du parc nucléaire français continuent de faire grimper les prix de l’électricité en France et de soutenir les prix pour l’hiver 2023-2024. En effet, les prix français peuvent représenter plus du double de ceux des pays voisins pour le premier trimestre 2024.  

Vu dans la presse

point hebdo marché énergie 8 au 12 mai 2023

Voici la première éolienne en mer du parc de Saint-Brieuc

point hebdo marché énergie 8 au 12 mai 2023

Nucléaire : le Sénat approuve la projet de loi visant à accélérer la construction de réacteurs

visuel blog point marché
lp rdv
Comparez les offres d'électricité pour les professionnels