En 2024, les factures d’électricité augmenteront à cause des taxes

Une nouvelle épreuve s’annonce sur le front des prix de l’électricité en France pour l’année 2024. Alors que le régulateur de l’énergie envisage une baisse du tarif réglementé au 1er février en raison de la chute des cours sur les marchés de gros, le gouvernement semble prêt à contrebalancer cette tendance avec une hausse de 10% pour rétablir les taxes.

Baisse des prix de l'électricité

Des fondamentaux solides sur le marché de l'énergie

Au cours des six derniers mois, les tarifs de l’électricité sur les marchés de gros ont subi une baisse significative, dépassant les 30 %. Ceci s’explique notamment par :

  • le retour de plusieurs réacteurs nucléaires d’EDF sur le réseau,
  • le maintien des efforts de sobriété,
  • les niveaux de stocks de gaz importants,
  • les bons niveaux de réserves d’eau dans les barrages.

Actuellement, le contrat à terme pour l’électricité en 2025 est négocié aux alentours des 83 €/MWh en France. Cette valeur représente une baisse de plus de la moitié par rapport à il y a un an, où elle s’établissait aux environs de 170 €/MWh. Notons également que ce tarif est inférieur à celui observé en Allemagne, où les prix persistent aux alentours des 88 €/MWh.

L’évolution des tarifs réglementés de vente d’électricité (TRVE)

La baisse des coûts est telle que, pour la première fois depuis le début de la crise énergétique, la Commission de Régulation de l’Energie (CRE) suggère une stabilité, voire une réduction du TRVE. Ce tarif joue un rôle crucial en tant que référence principale sur le marché de l’énergie. En effet, tous les fournisseurs l’utilisent comme base pour déterminer leurs tarifs.

Dans sa proposition faite au gouvernement, la CRE indique : « Au 1er février, le niveau moyen des tarifs réglementés baisse de 0,35 % HT par rapport aux tarifs gelés en vigueur depuis le 1er août 2023 ». Le régulateur recommande donc une augmentation de 0,01 % du tarif pour les ménages à partir de cette date, et une réduction de 3,67 % du tarif pour les professionnels.

Cependant, cette proposition pourrait se heurter à des obstacles. Au cours des derniers mois, le gouvernement n’a pas caché son intention de poursuivre la trajectoire haussière du tarif réglementé de vente d’électricité. Il est a noté que, depuis le début de la crise énergétique, les TRVE ont enregistré une augmentation significative de près de 34 %.

Un retour inévitable des taxes

Annoncée à plusieurs reprises en 2023 par Bruno Le Maire, l’augmentation de «10% maximum» des TRVE, serait finalement exclusivement due à la hausse de la principale taxe sur l’électricité, la taxe d’accise (anciennement CSPE ou TICFE). Cette taxe, qui s’applique aux factures d’électricité des particuliers et des entreprises, devrait donc augmenter au 1er février 2024.

Pour le moment, le montant de cette augmentation n’est pas connu. Bruno Le Maire a soulevé l’idée d’augmenter de manière progressive l’accise sur l’électricité, envisageant un premier seuil pouvant s’élever à 15 €/MWh. Pour rappel, cette taxe avait subi une réduction significative de la part des autorités publiques lors de la crise énergétique de 2022. L’idée est donc de ramener les taxes sur l’électricité à leur niveau d’avant-crise.

Une décision qui pourrait avoir des répercussions importantes sur le budget des petits professionnels et la stabilité des finances publiques.

Vers une hausse des factures d’électricité

Pour le moment, la décision d’augmenter les tarifs de l’électricité n’a pas été prise de manière formelle.

Pour anticiper cette éventualité, le ministère de l’Economie et des Finances a sollicité la CRE pour calculer l’augmentation théorique des tarifs de l’électricité dans le cas où l’assise sur l’électricité atteindrait son plafond prévu par la loi de finances de 22,54 €/MWh. Cela conduirait alors à l’augmentation de 10 % promise par les autorités pour les consommateurs particuliers. Pour les clients professionnels, il s’agirait d’une hausse plus modérée de 6,20 %.

Incertitudes et enjeux pour les consommateurs

L’année 2024 pourrait voir la fin du bouclier tarifaire sur l’électricité, avec le gouvernement cherchant à compenser les pertes financières causées par les baisses de taxes pendant la crise énergétique. Les consommateurs, tant particuliers que professionnels, pourraient être confrontés à une réalité où les coûts de l’électricité augmentent malgré la baisse des prix sur le marché.

Dans ce contexte d’incertitude, les professionnels doivent rester vigilants face aux évolutions rapides du marché de l’énergie. Les décisions à venir du gouvernement auront un impact direct sur les factures d’électricité des entreprises, soulignant l’importance de rester informé et de prendre des mesures proactives pour optimiser les contrats d’énergie dans ce paysage en constante évolution.

hausse taxe électricité
lp rdv
Comparez les offres d'électricité pour les professionnels