Évolution du prix du gaz naturel sur le marché de gros en juillet 2024

Suivez l’évolution quotidienne des prix futurs du gaz avec ATOO Energie.  Grâce à nos outils, ne manquez pas les évolutions à la baisse et choisissez le bon moment pour renégocier le contrat d’énergie de votre entreprise.

Prix futurs du gaz naturel PEG

Les prix futurs du gaz naturel font référence aux prévisions ou aux contrats financiers qui déterminent le coût anticipé du gaz naturel sur le marché de gros du gaz naturel, plus spécifiquement sur les Plateformes d’Échanges de Gaz (PEG). Ces prix représentent les tarifs prévus pour l’achat ou la vente de gaz naturel à un moment donné dans le futur, fournissant ainsi une indication des coûts attendus pour les acteurs de l’industrie énergétique et du gaz naturel.

PEG 25
PEG 26
PEG 27
Évolution / J-1

Graphique : Évolution des prix du gaz sur les 90 derniers jours

Form Submission Conditional Content

Abonnez-vous au suivi des prix pour accéder au graphique

Comment fonctionne le marché de gros du gaz ?

Une bourse pour le gaz influencée par l'offre et la demande

Le marché du gaz naturel se divise principalement en deux catégories : le marché de gros, où interviennent les fournisseurs et les grands consommateurs industriels, et les contrats de gré à gré, qui sont des accords de long terme directement établis avec les producteurs de gaz, tels que ceux de la Russie ou de la Norvège.

Les fournisseurs utilisent principalement le marché de gros du gaz, qui fonctionne de manière similaire à une bourse pour le gaz naturel. Les prix y fluctuent régulièrement en fonction de divers facteurs. La Commission de Régulation de l’Énergie (CRE) définit le marché de gros comme le lieu où le gaz est échangé avant d’être distribué aux clients finaux. On distingue deux types de contrats sur ce marché :

  • Les contrats spot : ce sont des contrats de courte durée. Les fournisseurs achètent du gaz pour une livraison immédiate (le jour-même ou le lendemain). Les prix des contrats spot sont très volatils car ils dépendent des événements qui affectent l’offre et la demande. Ce type de contrat permet d’équilibrer le réseau quotidiennement grâce aux échanges fréquents.
  • Les contrats futurs : ces contrats permettent aux fournisseurs d’acheter du gaz à l’avance, généralement pour une période allant d’un mois à un an. Grâce à ces contrats, les fournisseurs peuvent proposer des offres de gaz à prix fixe sur plusieurs années, réduisant ainsi les risques liés aux fluctuations des prix lors de la livraison finale au consommateur.

Les acteurs du marché : de la production à la distribution

Le marché de gros du gaz rassemble plusieurs types d’acteurs :

  • Les producteurs de gaz naturel : ils extraient et vendent leur production sur le marché.
  • Les fournisseurs de gaz naturel : ils achètent du gaz sur le marché de gros pour le revendre à leurs clients finaux.
  • Les expéditeurs d’équilibre : leur rôle est d’assurer l’équilibre quotidien des sites qu’ils desservent. Ils peuvent revendre les surplus de gaz si les sites consomment moins que prévu. Souvent, les fournisseurs d’énergie jouent ce rôle, mais certains industriels commencent à s’y impliquer pour bénéficier de la transparence des prix du marché de gros.
  • Les négociants : ils achètent et vendent du gaz sans le livrer aux consommateurs finaux, contribuant ainsi à la liquidité du marché.
  • Les gestionnaires de réseaux : ils maintiennent l’équilibre entre l’injection et le retrait de gaz sur leurs réseaux.

Ces acteurs travaillent ensemble pour assurer la stabilité et l’efficacité du marché de gros du gaz, garantissant ainsi une fourniture continue et fiable aux clients finaux.

La fixation des prix du gaz naturel

Les prix de l’énergie, y compris le gaz naturel, sont déterminés par l’équilibre entre l’offre et la demande.

L’offre de gaz naturel dépend notamment :

  • de la géopolitique, notamment des tensions politiques entre les pays producteurs de gaz ;
  • des importations de gaz et de gaz naturel liquéfié (GNL), surtout depuis la réduction des livraisons russes due à la guerre en Ukraine ;
  • de la corrélation entre le prix du pétrole et le prix du gaz ;
  • du niveau et de la gestion des réserves de gaz.

La demande de gaz, quant à elle, dépend entre autres :

  • des conditions météorologiques, puisque en période de froid comme en période de chaleur extrême, les besoins en gaz augmentent inévitablement ;
  • des politiques énergétiques ;
  • du prix de la tonne de carbone, car le gaz et le charbon sont liés puisqu’ils sont tous deux utilisés pour produire de l’électricité. Comme le gaz émet moins de CO2, il devient plus attractif que le charbon lorsque le coût du carbone augmente.

Indices et points d'échange de gaz

Pour comprendre les fluctuations du prix du gaz naturel en Europe, il est essentiel de comprendre le fonctionnement du marché européen. Le marché gazier du Royaume-Uni a été le premier à être libéralisé en 1996. En France, ce n’est qu’en 2003 que le marché intérieur a été ouvert, mettant fin au monopole d’importation de Gaz de France (GDF), maintenant connu sous le nom d’Engie.

Lorsque ces marchés s’ouvrent, des plateformes d’échange, appelées “hubs”, sont créées pour permettre aux différents acteurs de réaliser des transactions de gaz. En Europe, chaque pays dispose de son propre point d’échange (”hub”) :

  • NBP pour le Royaume-Uni,
  • PEG (Point d’échange de gaz) pour la France,
  • TTF pour les Pays-Bas,
  • ZEE pour la Belgique,
  • NCG et Gaspool pour l’Allemagne,
  • Baumgarten pour l’Autriche,
  • PSV pour l’Italie.

Aujourd’hui, le TTF néerlandais s’est imposé comme l’indice de référence en Europe en raison de sa forte liquidité, influençant ainsi les prix sur les marchés voisins, y compris en France.

De plus, deux gazoducs connectent le Royaume-Uni au continent européen : le IUK avec la Belgique et le BBL avec les Pays-Bas. Cela explique la forte corrélation entre les prix du gaz sur les marchés ZEE, TTF et NBP britannique. Ainsi, une augmentation des prix dans un pays européen tend à se répercuter sur l’ensemble de l’Europe. Malgré cette tendance, l’indice PEG français reste parmi les plus bas en Europe.

Tout savoir sur l’indice PEG

Définition du Point d'Échange de Gaz (PEG)

Le Point d’Échange de Gaz (PEG) est le marché virtuel où se réalisent les transactions de gaz entre les fournisseurs et les gestionnaires de réseau. Selon la CRE, il représente le “point virtuel du réseau de transport de gaz français”. Il est qualifié de virtuel car il n’existe pas d’emplacement physique spécifique pour ces échanges. Pour faire simple, le PEG est le lieu où les prix du gaz sont déterminés par zone, géré par les gestionnaires de réseaux de transport. Comme vu précédemment, chaque pays européen possède sa propre place de marché.

Rôle du PEG

Le PEG organise principalement les transactions financières relatives au gaz. Il permet aux gestionnaires de maintenir l’équilibre entre les volumes de gaz injectés et retirés du réseau. Lorsqu’ils achètent du gaz sur le marché de gros, les fournisseurs acquièrent des quantités estimées en fonction des besoins anticipés de leurs clients. Les gestionnaires peuvent alors suivre les volumes injectés et consommés dans chaque zone et dresser des bilans journaliers. Cela aide à sécuriser les approvisionnements et à réduire les risques de ruptures.

Évolution du PEG en France

Avant novembre 2018, la France possédait deux points d’échange de gaz virtuels :

  • PEG Nord, pour les transactions dans le nord de la France.
  • TRS (Trading Region South), pour les transactions dans le sud de la France.

Cette séparation existait en raison des différences de prix, le Nord étant mieux connecté aux réseaux européens, tandis que le Sud dépendait davantage du GNL, plus coûteux.

Depuis novembre 2018, la France a unifié ses points d’échange en un seul marché, le TRF (Trading Région France), avec un unique PEG. Cette unification a été réalisée pour augmenter la liquidité des échanges, améliorer la compétitivité et réduire les prix, au bénéfice des consommateurs. Cependant, malgré ce marché unique, deux zones d’équilibrage subsistent :

  • Téréga, pour le Sud-Ouest.
  • GRTgaz, pour le reste du territoire.

La zone d’équilibrage représente le réseau de transport au sein duquel le gaz est acheminé. Cela permet de gérer plus efficacement le transport du gaz à travers le pays tout en maintenant des coûts compétitifs.

Optimisez vos contrats de gaz naturel avec ATOO Energie

La compréhension du marché de gros du gaz naturel et de ses mécanismes de fixation des prix est essentielle pour tous les professionnels impliqués dans l’industrie de l’énergie. L’évolution des prix du gaz naturel sur les plateformes d’échanges, comme le PEG en France, joue un rôle crucial dans la planification et la gestion des approvisionnements en gaz. Avec des marchés influencés par une multitude de facteurs géopolitiques, économiques et environnementaux, il est impératif de rester informé et de s’adapter aux fluctuations du marché.

Le marché unique de gaz en France, consolidé en 2018, a apporté une plus grande transparence et une meilleure compétitivité, bénéficiant ainsi à tous les consommateurs. Cependant, la complexité du marché et la volatilité des prix rendent la gestion des contrats énergétiques particulièrement délicate.

En tant que courtier en énergie, ATOO Energie est là pour vous accompagner dans cette tâche. Nous offrons un service de comparaison des prix du gaz naturel pour vous aider à trouver les offres les plus avantageuses sur le marché de l’énergie. N’hésitez pas à nous contacter pour connaitre le prix du gaz sur le marché de gros, optimiser vos contrats et sécuriser vos approvisionnements en gaz naturel.

A voir aussi

Découvrez jour par jour les évolutions du prix de l’électricité grâce à nos outils de veille. 

coefficient bouclage arenh

Évolution des prix de l'électricité

Voir la page