Point hebdo : le marché de l’énergie du 15 au 19 août 2022

ATOO Energie vous dévoile son point hebdo sur le marché de l’énergie du 15 au 19 août 2022. Dans cet article, découvrez les faits marquants de la semaine, ainsi que l’évolution des marchés de l’électricité et du gaz naturel. Enfin, nous partageons avec vous deux articles de presse pour tout savoir sur le secteur de l’énergie.

Que s'est-il passé la semaine dernière ?

Nord Stream 1 : les livraisons de gaz à nouveau suspendues pendant 3 jours

Les livraisons de gaz russe à l’Europe par le gazoduc Nord Stream 1 vont être à nouveau interrompues du 31 août au 2 septembre, a annoncé vendredi le géant gazier Gazprom. Selon ce dernier, “il est nécessaire de procéder à une maintenance toutes les 1000 heures de fonctionnement. La seule unité de compression de gaz Trent 60 sera arrêtée pendant trois jours et le transport du gaz via Nord Stream 1 sera alors suspendu. A l’issue de ces travaux de maintenance, les livraisons reprendront avec un débit de 33 millions de mètres cubes de gaz par jour. Ces dernières semaines, la Russie avait justifié ces arrêts par la non restitution d’une turbine Siemens présentée comme essentielle au bon fonctionnement du gazoduc Nord Stream 1, car celle-ci se trouvait au Canada pour réparation. Mais les pays européens accusent Moscou de vouloir retarder le retour de cette turbine dans le but de prétexter une réduction de ses livraisons de gaz et ainsi faire pression sur eux. Cette nouvelle interruption ne va pas calmer les craintes de pénurie en Europe, et risque de pousser encore un peu plus les prix vers le haut.

Le gouvernement souhaite accélérer le développement des énergies renouvelables

Annoncé par le gouvernement au printemps, le projet de loi d’accélération des énergies renouvelables se précise. En effet, le texte composé de vingt articles a été envoyé au Conseil national de la transition écologique (CNTE) pour consultation, et devrait être adopté à l’automne afin de rattraper le retard de la France en matière d’éolien en mer et de solaire. L’objectif de ce texte est de répondre aux urgences actuelles de capacités d’approvisionnement et d’accélérer le développement des énergies renouvelables. Ce dernier prévoit ainsi plusieurs mesures exceptionnelles qui s’appliqueraient sur quarante-huit mois. Ces mesures permettraient notamment de simplifier et de réduire les délais de recours et de procédure. Pour rattraper son retard, la France doit accélérer les mises en chantier et donc limiter les possibilités de recours qui bloquent de nombreux projets. En effet, il faut en moyenne 5 ans pour qu’un projet d’envergure dans les énergies renouvelables aboutisse, car il faut à la fois respecter le droit de l’environnement, le droit de l’urbanisme, et le droit de l’énergie. L’adoption de ce texte pourrait donc virer au casse-tête puisqu’il suscite de nombreuses inquiétudes chez certains défenseurs de l’environnement. C’est notamment le cas de Yves Verilhac, Président de la Ligue de Protection des Oiseaux (LPO) qui regrette que ce projet ne prenne pas en compte les enjeux de biodiversité et qui s’interroge sur l’installation d’éoliennes dans des zones protégées : “Comment peut-on aller mettre de l’éolien dans les sites naturels protégés, les sites Natura 2000, les couloirs de migration ? “. D’autres aspects de ce texte font débat, comme le fait de mettre en place des panneaux photovoltaïques plein champ dans des secteurs où cela était impossible avant, en dérogeant à la loi montagne et à la loi littoral. Il s’agit donc d’un projet qui fait débat, et qui devra être tranché par les parlementaires en octobre prochain.  

Focus sur le marché de l’électricité

evolution-prix-electricite-semaine-33

Les prix spot de l’électricité ont continué d’augmenter la semaine dernière, jusqu’à atteindre 553,62 €/MWh le jeudi 18 août. Ils ont ensuite légèrement baissé, clôturant à 509,84 €/MWh le vendredi 19 août.  

De leurs côtés, les CAL-23 et CAL-24 ont suivi la même tendance atteignant respectivement 725,58 €/MWh et 394 €/MWh le vendredi 19 août, soit une hausse de 17,69 % pour le CAL-23 et de 13,06 % pour le CAL-24 depuis le vendredi 12 août.  

Les prix de l’électricité suivent la tendance haussière de ceux du gaz et du charbon. Ils suivent également les prix des émissions de CO2 qui ont, eux aussi, augmenté la semaine dernière pour atteindre 95,5 €/t. Les prix continuent donc de grimper notamment en raison de l’incertitude persistante concernant la disponibilité future des centrales nucléaires françaises. La période de sécheresse actuelle et le faible niveau des eaux du Rhin font également craindre d’importantes perturbations au niveau du transport de marchandises en Allemagne. En effet, cela pourrait rendre difficile l’approvisionnement en charbon, et ainsi pousser davantage les prix vers le haut.  

Focus sur le marché du gaz naturel

evolution-prix-gaz-semaine-33

* Le changement d’année calendaire en janvier a eu un impact sur la courbe (forte baisse), alors que les prix, eux n’ont pas baissé dans cette mesure.

Les prix spot du gaz naturel ont augmenté continuellement jusqu’au mercredi 17 août, puis ont légèrement baissé le jeudi 18 août s’élevant alors à 146,351 €/MWh. Ils sont finalement repartis à la hausse le vendredi 19 août pour clôturer à 162,169 €/MWh.  

Les PEG CAL-23 et CAL-24 ont continué d’augmenter la semaine dernière, s’élevant respectivement à 219,27 €/MWh et 160,94 €/MWh le vendredi 19 août. Depuis le vendredi 12 août, les prix ont ainsi augmenté de 20,81 % pour le CAL-23 et de 27,09 % pour le CAL-24.  

Même si les stocks de gaz naturel se remplissent bien, les prix continuent de grimper en raison des incertitudes concernant l’approvisionnement en gaz russe pour l’hiver prochain. Pour le moment, les exportations de gaz russe se stabilisent et les flux via Nord Stream 1 s’établissent à environ 20 % par rapport au niveau observé au début de cette année. Mais l’annonce d’un nouvel arrêt du gazoduc Nord Stream 1, du 31 août au 2 septembre pour des travaux de maintenance, a fait bondir le marché du gaz. En ce qui concerne les niveaux de stockage, ils s’élèvent à 75 % et s’approchent donc de l’objectif fixé à 80 % pour le 1er novembre. La question qui se pose alors est de savoir si l’approche de cet objectif aura un impact positif sur les prix, sachant qu’en Allemagne, des inquiétudes persistent concernant les stocks. Enfin, la hausse des prix du gaz asiatique entraîne un soutien supplémentaire des prix.  

Vu dans la presse

record-production-énergie-solaire

Le record de production d’énergie solaire simultanée a été battu en France

prix-petrole-en-baisse

Le prix du pétrole baisse encore… mais le gaz flambe !

point hebdo marché énergie 15 au 19 aout 2022
lp rdv
Découvrez les tarifs actuels de l'énergie et obtenez la meilleure offre.